Ouverture en 2020 des archives secrètes du Vatican sur le pontificat de Pie XII

Pour de nombreux chercheurs et historiens, l’annonce faite par le pape François le 4 mars dernier constitue une grande avancée. En effet, ce jour-là, il a indiqué l’ouverture le 2 mars 2020 des archives secrètes du Vatican sur le pontificat de Pie XII (de 1939 à 1958). Une décision qu’ils attendaient depuis de nombreuses années afin d’en savoir plus sur l’action du pape Pie XII durant la Seconde Guerre mondiale. Ils avaient déjà réclamé à plusieurs reprises de pouvoir accéder à ces documents pour comprendre quel a été son rôle pendant la Shoah et pourquoi il n’est pas intervenu davantage. Et la date du 2 mars 2020 n’a pas été choisie au hasard par le pape François puisqu’il s’agit du jour du 81ème anniversaire de l’élection d’Eugenio Pacelli à la papauté.

Une décision attendue depuis longtemps par les historiens et chercheurs

Depuis plusieurs décennies, des chercheurs et historiens souhaitent pouvoir consulter ces archives. Jusque-là, leurs demandes n’avaient pas abouti. Par conséquent, l’annonce du pape François le 4 mars 2019 a été une bonne nouvelle pour eux. Accéder à ces documents leur permettra de lever le voile sur le rôle qu’il a joué durant la Seconde Guerre mondiale. Et à ce sujet, les controverses sont nombreuses puisque certains l’accusent d’une forme de complicité passive (les organisations juives notamment), quand d’autres assurent qu’il a sauvé des dizaines de milliers de juifs italiens en demandant aux couvents de les accueillir. Il leur faudra encore patienter une année avant d’y avoir accès et de trouver des réponses à leurs questions.

Des documents tenus secrets depuis la Seconde Guerre mondiale

Lors de son annonce du 4 mars, le pape François a indiqué que « l’Eglise n’a pas peur de l’histoire », précisant qu’il « assume cette décision (…), sûr que la recherche historique sérieuse et objective saura évaluer sous sa juste lumière, avec les critiques appropriées, les moments d’exaltation de ce pape et, sans doute aussi les moments de graves difficultés, de décisions tourmentées, de prudence humaine et chrétienne ». Il a également rappelé que Pie XII avait été à la tête de l’Eglise « en un moment parmi les plus tristes et sombres du XXème siècle ». Les historiens et chercheurs ne sont pas les seuls à se réjouir de cette décision. La communauté juive et le gouvernement israélien l’ont également saluée. Et à Jérusalem, le Mémorial de la Shoah de Yad Vashem espère que l’ouverture de ces archives secrètes donnera lieu à des « recherches ouvertes et objectives » ainsi qu’à une « étude complète des questions liées à l’attitude du Vatican en particulier, et de l’Église catholique en général, pendant l’Holocauste ». En attendant, le procès en béatification de Pie XII reste en suspens, bien qu’il ait été relancé en 2009 par Benoît XVI.