Organisation des premières rencontres « Archivi’SDIS » ou archives des pompiers à Avignon

En France, il existe des services d’incendie et de secours dans tous les départements. Ce sont les SDIS. Ils sont chargés de la prévention, de la protection et de la lutte contre les incendies. Ils interviennent également en cas d’accidents, de sinistres et de catastrophes pour porter secours. Et ces services ont aussi une autre mission que l’on connaît peu et qui, pourtant est importante. Il s’agit de la collecte et de la conservation des archives traitant de leur travail et de la vie des casernes. En effet, au quotidien, leur activité et leurs interventions génèrent des documents qu’ils doivent stocker, tout en respectant la législation en vigueur. Et cette année, les pompiers se sont retrouvés à Avignon pendant quelques jours pour la première édition des rencontres « Archivi’SDIS ».

Une manifestation rassemblant des pompiers venus de toute la France

Ce rassemblement à Avignon était l’occasion pour les SDIS de se réunir et de partager leurs expériences en matière de collecte et d’archivage de documents. D’autant que cela fait partie des obligations des pompiers, qui doivent conserver ces documents. Et leur volume est assez conséquent puisqu’on trouve aussi bien des papiers administratifs liés aux achats de matériel, à la répartition du budget et à la carrière des soldats du feu que des rapports d’intervention. Selon les services, dans les archives figurent également des photographies, des objets et même de vieux équipements. Par exemple, dans le Pôle Archives Documentation du SDIS du Vaucluse, à côté des dossiers papiers, sont stockés des instruments de musique, des partitions, des fanions et même, un ancien véhicule (une pompe à bras). Des pièces qu’il est indispensable de garder et préserver car elles sont des témoignages du passé, de l’histoire de chaque SDIS.

Des documents témoignant de leur travail et de la vie des casernes

Au fil des années, la manière de travailler des pompiers a évolué. Avec les archives des SDIS, on garde une trace de ces changements qui permettent aussi de préparer l’avenir. Comme l’explique l’archiviste du SDIS 84 à France Bleu, la conservation de ces documents « aide les pompiers à mieux connaître les risques et à comprendre comment les prévenir » et à « faire évoluer les normes » afin de s’adapter aux nouvelles technologies, aux nouveaux défis qui les attendent. Ainsi, ce travail d’archivage nécessite de trier les documents et de les stocker dans des conditions optimales (les boîtes d’archivage sont d’ailleurs incontournables pour s’y retrouver et bien les classer) pour s’assurer de leur bonne conservation.